Skip to main content
Publié le

Success Story #2 : Delphine Asseraf - Directrice Marque et Communication d’Allianz France

Delphine2.jpg

Les diplômés de l’ESIGELEC / 2*

Delphine Asseraf

(Directrice Marque et Communication d’Allianz France)

« Le savoir accessible »

 

Portraits de diplômé-e-s de l’ESIGELEC au parcours professionnel remarquable et qui n’ont jamais oublié leurs années d’étudiant-e.

Aujourd’hui : Delphine Asseraf, directrice Marque et Communication d’Allianz France.

Delphine Asseraf est la preuve qu’une vocation professionnelle peut se dessiner très tôt. Elle fut toujours passionnée par les sciences, les mathématiques, la physique, et, dès ses 11 à 12 douze ans, par la grâce d’une sœur aînée ingénieur en informatique, elle s’initia à l’ordinateur, ce qui n’était pas chose courante dans les années 80. « Je me disais que je voulais faire un métier que j’aimais. Et j’avais vraiment envie de devenir ingénieure », se souvient-elle. Bac C en poche, elle fut attirée par l’ESIGELEC. Elle, l'authentique Parisienne, fut intéressée par la pédagogie de l’école et la nouveauté que représentait une formation en province. Elle a suivi l’option DPGL (Développement Projet Génie Logiciel), qui lui permit d’acquérir des bases et un savoir-faire qui lui furent précieux tout au long de sa carrière.

Le numérique et le digital ne l’ont en effet jamais quittée. Au fil de ses différentes responsabilités, elle a mené des projets de très grande envergure dans ces domaines. Elle les a abordés dans leurs dimensions techniques bien sûr, mais sans jamais négliger le marketing, la communication, le business, donnant à ses travaux de la globalité, de la transversalité, de l’agilité.

 

  • Des solutions très orientées business et marketing

Ce fut le cas dès ses débuts dans la vie professionnelle, en 1998  chez Cetelem, où elle prit en charge tous les systèmes decisionnels Unix de l’entreprise, puis des aspects intranet et internet, avec notamment la mise en place de l’octroi de crédit en ligne, qui fut développé par la suite au niveau européen. Elle a contribué à lancer des stratégies internet BtoB et BtoC dans dix-huit pays dans le monde, initié des partenariats avec les acteurs du paiement en ligne, animée du « goût de construire des solutions très orientées business et marketing ». Rejoignant en 2009 le groupe BNP Paribas, Delphine Asseraf a pensé, conçu et développé des applications innovantes comme HelloBank et Paylib. Cherchant de nouveaux objectifs, elle a intégré voilà bientôt sept ans , le groupe Allianz, d’abord comme responsable digitale, puis comme directrice digitale et marque et communication et enfin d’une entité dédiée à la mobilite « J’étais responsable d’une ligne business dédiée à la mobilité, tant pour les particuliers que pour les flottes d’entreprises. J’ai beaucoup travaillé à l’acquisition d'approches valorisant l’autonomie, la prise de décision, la notion d’équipe », explique-t-elle. Elle a rejoint cette année le siège du groupe à Munich, comme responsable marketing digital et distribution.

 

  • Une magnifique aventure humaine

Une brillante trajectoire qui puise certaines de ses racines dans les trois années passées à l’ESIGELEC. Delphine Asseraf se souvient de « professeurs très investis, très pédagogues, passionnés ». « Ils  rendaient le savoir accessible, ils nous accompagnaient dans le développement de projets concrets, nous pouvions réaliser des tests en laboratoire. C’était très enrichissant. Entre les cours magistraux et les travaux pratiques, la pédagogie était vraiment complète », raconte-t-elle. Elle a su aussi s’investir dans la vie de l’école, créant avec d’autres étudiants le club informatique, participant à l'organisation du gala de l’école : « ce fut une magnifique aventure humaine. J’ai maintenu des liens d’amitié très forts avec plusieurs personnes ».

De ce double enrichissement, technique et humain, elle conserve de grands souvenirs: « la formation d’ingénieur m’a donné l’autonomie, l’envie d’apprendre . Dans ma promotion, nous étions issus d’horizons, de milieux, de pays, différents, c’est un vrai atout. Cela confère à l’école une ouverture d’esprit, une curiosité intellectuelle qui sont très stimulantes ». 

 

  • Exigence et professionnalisme

On garde toujours au fond de soi une trace d’années aussi foisonnantes, et Delphine Asseraf continue au fil des années à suivre la vie de l’école, se réjouissant de ses réussites : « j’ai beaucoup apprécié que l’école se soit emparée de la question de la voiture autonome. Elle a fait résonner son expertise et celle de ses enseignants. Elle a montré qu’elle est ouverte sur l’entreprise, sur les thèmes forts de demain. C’est positif pour sa renommée, pour ses étudiants, pour ses diplômés ».

Ce que Delphine Asseraf n’oublie pas non plus c’est que sur une promotion de 190 étudiants, il y avait moins de dix femmes. « Je ne l’ai jamais ressenti comme un problème », témoigne-t-elle. Mais cette minorité lui a donné clairement conscience des difficultés pour les femmes de s’imposer dans les métiers techniques. « J’ai compris qu'on peut réussir, mais que pour cela il faut aider au maximum, être très volontariste sur cette question ». Elle applaudit ainsi à la présence de l’école auprès des collégiennes, des lycéennes, pour leur montrer « que cela existe et que c’est possible ». Elle-même s’implique au sein d’Allianz en favorisant le monitoring auprès des femmes.

Appelée très vite à prendre des fonctions managériales, Delphine Asseraf a bien sûr vécu l’expérience de regards différents, curieux, portés sur elle. « Ma réponse a été simple : l’exigence, le professionnalisme, l’engagement, avec beaucoup d’humilité. Toujours essayer d’être très pointu et très technique. Cela permet de calmer les choses, cela force le respect ».

 

*Les diplômé -e- s de l’ESIGELEC, 1 : Dominique Néel (Directeur Général Zone Géographique France Bouygues Energies & Services)